Pour Stop Fuelling War, la paix n'est pas un concept abstrait, mais quelque chose qui a un impact sur notre vie quotidienne. Nous souhaitons promouvoir une vision différente de la sécurité.

Aujourd'hui, la définition de la sécurité est très étroite. La consolidation de la paix et la prévention des conflits n'obtiennent pas l'investissement qu'elles méritent. Les politiques actives de prévention des conflits et l'opposition pacifique sont vues au mieux comme naïves et considérées comme non pertinentes dans la plupart des cas par les gouvernements, malgré des preuves bien documentées du contraire. (http://www.bbc.com/future/story/20190513-it-only-takes-35-of-people-to-change-the-world)
La « défense » et la « sécurité » tendent à être assimilées à la défense militaire, policière et technologique, c'est-à-dire aux armes et aux systèmes d'armes. Malgré les énormes investissements financiers et de recherche dans la mise au point et la vente d'armes, l'histoire a montré que ces systèmes extrêmement coûteux peuvent exacerber les conflits et contribuer aux tensions régionales, plutôt qu'à la sécurité de tous.

Assurer la sécurité de la population est un devoir important d'une société, mais les gouvernements ont tendance à interpréter ce terme de façon trop étroite. En effet, la plupart des risques en matière de sécurité n'ont pas de solutions à court terme puisqu'ils découlent de problèmes et de menaces sous-jacents à long terme tels que le changement climatique, les inégalités économiques, l'exclusion et la marginalisation de certaines parties de la société. Les menaces physiques doivent être traitées, mais les problèmes de plus long terme qui créent des conflits sont mis de côté par l'accent porté actuellement sur la militarisation. L’histoire nous a appris que la paix durable ne sera jamais atteinte tant que les causes sous-jacentes ne sont pas résolues.

L'organisation Rethinking Security fournit un résumé plus complet : (https://rethinkingsecurity.org.uk/faqs/#top) : « La sécurité réelle existe lorsque chacun peut satisfaire ses besoins fondamentaux ; elle est d'intérêt public. Mais l'approche qui prévaut aujourd'hui est basée sur les ‘intérêts nationaux’, définis par le gouvernement, et privilégiés par les grandes entreprises et une petite élite sociale, plutôt que par les membres de leurs communautés. (...) La stratégie de sécurité à adopter est décidée par un petit groupe exclusif. D'autres voix sont exclues, entre autres celles auxquelles la stratégie nuit. »
La sécurité demande du temps pour se réaliser et il n'y a pas de solutions rapides. Parvenir à une sécurité durable demande de la coopération, des ressources et beaucoup de travail. Chaque conflit est unique et nécessite des solutions différentes, appropriées et pertinentes.
L'exclusion ou la marginalisation d'une partie quelconque de la population peut exacerber les tensions ou conduire à la privation des droits et, en définitive, à l'échec des efforts de paix.