Rapport sur nos activités en 2022 et au délà

2022 a été une période de consolidation pour SFW, mais le troisième trimestre a été une période de grands changements

Nos deux employés français, guidés et dirigés par Holly Spencer, ont travaillé sur la publicité à travers les médias sociaux, les podcasts, la presse et la construction de nos ressources et de notre base de recherche. Nous avons travaillé avec Shadow World et le traqueur de corruption au Royaume-Uni. Lorsque l'équipe est partie fin septembre en raison d'une crise financière, nous disposions d'une solide bibliothèque de documents en français et en anglais. Nous avons continué à travailler dans les deux langues et notre comité de pilotage a fait adhérer d'autres personnes ayant travaillé dans le domaine de la construction de la paix, tant au niveau civil que militaire.

Eurosatory

Notre principal accès pour changer les cœurs et les esprits a lieu au salon de l'armement Eurosatory en juin tous les deux ans (annulé en 2020 en raison de la pandémie). Le premier trimestre a été consacré à la préparation de notre campagne qui établissait un lien entre les émissions de l'industrie de l'armement et de l'armée (MIC) et l'urgence climatique et demandait de la transparence à ce sujet. Nous avons été aidés dans nos recherches par Scientists for Global responsibility. Nous avons mis à jour nos informations sur l'armée et le climat et avons élaboré une campagne qui, en plus des médias sociaux, comprenait des cartes postales en anglais et en français à distribuer aux portes de l'Eurosatory et d'autres à distribuer lors d'événements publics. C'est toujours l'occasion de faire de la publicité, d'entrer en contact avec ceux qui se rendent au salon de l'armement et avec la presse. Cependant, en 2022, notre présence à Eurosatory a évolué différemment.

Le salon de l'armement Eurosatory à Villepinte accueille généralement de nombreux manifestants les deux premiers jours, mais en milieu de semaine, nous, les Quakers, sommes normalement les seuls à être présents. Nous distribuons volontiers notre matériel éducatif sous forme de cartes postales et nous rencontrons la presse. C'est une excellente occasion d'établir un contact direct avec ceux qui travaillent dans le commerce des armes et avec la presse qui en rend compte.

Nous avons informé les autorités de notre intention d'être présents aux portes d'Eurosatory tout au long de la semaine avec un maximum de 10 personnes ainsi que le Mouvement de la Paix. A notre arrivée, la sécurité était très présente ; nous ne pouvions pas être ici, ni là, en fait il n'y avait pas d'endroit où nous pouvions nous tenir. Finalement, nous avons réussi à joindre la préfecture de police locale qui nous a dit que nous pouvions être présent, mais de l'autre côté de la route, là où personne ne jette le moindre coup d'œil. Nous avons appris le lendemain que la préfecture de l'Ile de France, l'ensemble de Paris qui est très proche de Macron, avait tout interdit, y compris la distribution de tracts dans les stations de métro dans une zone étendue autour du salon de l'armement pour toute la semaine.

C'est choquant en France et cela arrive très rarement, le droit de manifester est particulièrement fort en France. En France, un groupe ne demande pas l'autorisation de manifester mais informe la préfecture de son intention, de l'heure, du lieu, de l'action, etc. et l'autorisation est très rarement refusée. Nous supposons que nos messages sur les risques et les alternatives à l'industrie de l'armement ont été notés et n'ont pas été bien accueillis. Nous pouvons considérer qu'il s'agit là d'un véritable succès, néanmoins nous avons réussi à obtenir des entretiens approfondis avec un réalisateur de documentaires néerlandais et un journaliste de l'équivalent néerlandais du Times (qui a poursuivi avec un entretien avec des quakers néerlandais et un autre article). Nous avons organisé une conférence de presse avec le Mouvement de la Paix qui a donné lieu à des articles dans L'Humanité et la Reporterre. Notre objectif au cours des deux dernières années était d'amener les activistes en France qui sont impliqués dans des campagnes associées, en particulier les activistes climatiques, à s'engager dans le débat sur la militarisation et ses effets étendus sur le climat. Nous avons été particulièrement heureux que les Amis de la Terre France aient partagé notre campagne et qu'ils aient atteint 61 000 personnes au cours de notre campagne.

L'indignation des Français qui se sont vus refuser le droit de manifester a donné lieu à une tempête de 53 000 impressions sur Twitter et à 5 600 visites sur notre profil, contre 3 à 6 000 impressions en temps normal.

Nous avons également organisé un événement public avec des panneaux de notre exposition et du matériel éducatif dans le centre de Paris sur la Place de la République pendant la semaine de l'Eurosatory qui pourrait encore avoir lieu.

Nous avons organisé une présentation de diapositives et de questions-réponses à La Base à Paris, un centre associatif animé par un bar et un café sur les ventes d'armes en France et à Eurosatory.

Repenser la sécurité

La semaine précédant Eurosatory, aux côtés du MIR (IFOR) et de Church and Peace, nous avons organisé une conférence sur le thème "Repenser la sécurité". La version allemande de "Repenser la sécurité" a présenté son approche, qui a été accueillie avec enthousiasme par environ 70 participants. Nous considérons que la France est prête à lancer sa propre refonte de la sécurité et nous aimerions y être fortement impliqués, et c'est ce que 2023 nous apporte.

Autres événements

Début 2022, nous avons produit deux podcasts sur l'Union européenne avec l'ENAAT.

L'exposition Sans Arms Citoyen,ne,s qui a été présentée deux fois en 2022 a été présentée à Strasbourg dans une église mennonite et un espace public la semaine précédant Eurosatory.
En septembre, nous avons présenté l'exposition dans les bureaux de deux ONG. Nous avons reçu d'autres demandes pour accueillir l'exposition en 2023, Jeuness solidaire et Foutez-nous la Paix.

Nous avons présenté notre travail à la Conférence Internationale Mennonite en association avec Church and Peace, à la conférence EMES à Paris et à l'Assemblée de France.

Notre principal accès au public s'est fait par le biais des médias sociaux sur Instagram, Tick-tock, Facebook et surtout Twitter. Nous publiions chaque semaine sur toutes les plateformes en deux langues, alors que nous disposions d'un jeune personnel pour le faire.

NB Nos collègues du Mouvement de la Paix, d'Amnesty International et d'OBSARM, qui s'élèvent également contre le commerce des armes, ne sont pas financés par des "acteurs étrangers".

Nos ressources sur ces sujets ont été cataloguées et classées par thème sur air-table pour en faciliter l'accès au public. Cette tâche a été achevée en septembre. Nous avons mis à jour le site web en 2022.

Depuis les visites de notre exposition, nous avons vu d'autres ONG et magazines se concentrer sur le commerce des armes et les demandes d'intervention ont augmenté. Cependant, en raison de notre crise financière, nous avons dû licencier notre personnel, ce qui s'est avéré très coûteux en raison de la législation du travail très protectrice.
Voici quelques liens vers le site web

commentaire sur les ONG financées par l'étranger
**(18 mins 40 secs dans le Video) https://www.youtube.com/watch?v=y-MC1IACe_M 

articles
• « Eurosatory : qui peut stopper les ventes d’armes ? » dans la revue Silence!, n°510, Mai 2022
• « Exportation d’armes françaises :Opacité, risques de corruption et pantouflage » dans Alternatives Non-Violentes 2022/2 (N° 203), Juin 2022
• « Salon mondial des ventes d'armements d'Eurosatory. Non à l’économie de guerre », tribune publiée dans l’Humanité en juin 2022
• « Antimilitarisme. Les associations pacifistes redoutent la bombe climatique », publié dans l’Humanité en juin 2022
• « Le salon mondial de l’armement en plein « greenwashing » », publié dans Reporterre en juin 2022

Nous avons reçu deux demandes d'interviews, l'une pour un documentaire de la télévision française et l'autre pour une émission de radio qui nous a trouvés grâce à notre site web et à nos documents d'information.

Au cours des deux derniers trimestres de l'année 2022, nous avons consacré l'essentiel de notre énergie à régler les implications juridiques et financières de l'absence de fonds pour payer le personnel français. Ce fut un processus très lourd, à la fois en termes de calendrier, de procédures précises et de financement. (9 000 € de charges supplémentaires en plus des licenciements normaux).

Finances

Nous avons fermé le bureau de Paris et réduit nos dépenses pour nous adapter à notre situation. Quelques volontaires se sont manifestés mais nous sommes en période de réflexion avant de solliciter d'autres subventions. Nous sommes déçus qu'il n'y ait pas de financement en France pour le changement de société et nous comprenons pourquoi d'autres associations, à moins qu'elles ne fassent partie d'ONG internationales ou qu'elles aient plusieurs centaines de membres, n'ont qu'un seul employé. Malgré de nombreuses recherches, nous n'avons pas trouvé de fonds pour le changement social en France ou de donateurs privés importants. Nous terminons l'année avec environ 3000 € en banque et aucune dette. Nous regrettons de ne pas avoir les fonds nécessaires pour continuer comme avant, mais nous prendrons toujours le changement comme une opportunité.

Situation actuelle et perspectives d'avenir.

Nous avons pris notre souffle et réfléchi à notre avenir : bien que l'industrie de l'armement soit l'une des principales influences des conflits violents et de la militarisation croissante, nous ressentons un fort besoin de présenter des alternatives, en particulier en France. Notre réflexion actuelle est de repenser la sécurité en France et de présenter les outils et les technologies de la paix. Nous avions suggéré une approche inclusive l'année dernière et nous sommes maintenant en train de conduire la facilitation de ce mouvement avec le MIR (IFOR) et d'autres groupes….

STOP FUELLING WAR
Siège social : Centre Quaker International
114 rue de Vaugirard
75006 Paris
Association loi de 1901 No. W751238358

info@stopfuellingwar.org

facebook   twitter